Sainte-Lucie

Située au sud de la Martinique et au nord de Saint-Vincent, Sainte-Lucie fait partie de ces îles que l’on appelle du joli nom d’« îles au vent » ou « îles Sous-le-vent ». Un accueil chaleureux, une joie de vivre et une diversité de paysages font l’identité de l’île aux deux visages. L’un, au sud, est d’un sourire spontané, exubérant ; au nord on se montre plus sage et tranquille.

Fiche d’identité simple :

Vol sec à partir de : Envrion 650 à 800 euros ; Une Escale s’impose à la Martinique si vous venez de France. Possibilité de vols directs au départ de la Grande Bretagne. Un bateau relie Sainte-Lucie à la Martinique et la Guadeloupe.

Formalités : Passeport en cours de validité. Durée de séjour, sans autre formalité, limitée à 42 jours. Au-delà, un permis de séjour doit être sollicité.

Temps de vol de Paris : environ 9h depuis Paris

Décalage horaire : GMT -5h en hiver (-6h en été)

Langue : L’anglais est la langue officielle

Religion : 80 % des habitants sont Roman-Catholiques

Monnaie : l’East Caribbean dollar, le dollar américain est accepté

Santé et sécurité : pas de vaccin obligatoire, attention à la dengue.

Superficie : 620 km²

Population : 172 900 hab.

Histoire

Nommée en l’honneur de Lucie de Syracuse, les Européens sont les premiers à visiter l’île vers 1500 ; elle est ensuite colonisée par la France avec un traité signé avec les Caraibes en 1660. L’île passe ensuite de main en main entre le Royaume-Uni et la France. Finalement les anglais obtiennent le contrôle total en 1814. En 1924, un gouvernement représentatif local est mis en place et Sainte-Lucie devient indépendante et membre du Commonwealth en 1979. Il adhère à l’Organisation des Etats de la Caraïbe orientale en 1981. Sainte-Lucie est inscrite sur la liste noire des paradis fiscaux non coopératifs par la France en février 2010.

Culture

Il faut avouer que le point fort de l’île n’est pas la cuisine, malgré de très bons plats créoles, la pauvreté des sols obligent l’importation de produits extérieurs. Ce qui marque le plus la culture de l’île est sans doute un métissage, un brassage et une diversité déconcertante.
Les habitants parlent le créole, l’anglais et les Français ont laissés leurs marques. C’est peut-être à travers cette richesse culturelle qu’on comprend le prix de littérature de Derek Walcott en 1992 ou encore la récompense de l’économiste Sir Arthur Lewis pour ses recherches sur le développement économique.

Le festival de Jazz, la fête de la calypso un concours de musique en juillet, le carnaval ou encore le festival de La Rose, représentent bien le goût des habitants pour les fêtes en tout genre et en toutes occasions.

Passer une journée ou un week-end à Sainte-Lucie fait partie des habitudes martiniquaises mais il en va s’en dire que le festival de jazz au mois de mai reste encore l’attraction principale. Même si les vols sont complets à cette période, les côtes de l’île voient les voiliers qui affluer. 
Outre ces différents festivals, les fêtes de Gros-Islets et de l’Anse La Raye attirent les foules et les voiliers.

Géographie & Climat

C’est l’île la plus petite de la Caraïbe (54 km de long et 28 km de large). La Martinique se trouve à son nord à seulement 40 km et l’archipel de St-Vincent & Les Grenadines à 32 km au sud.

D’anciennes éruptions volcaniques ont donné naissance aux Deux Pitons, dont les sommets sont à moitié immergés dans l’eau turquoise. La splendeur de Gros-Piton et de Petit-Piton provoque souvent l’ébahissement des visiteurs ! De juin à octobre s’étale la période des tempêtes tropicales et des cyclones. Comme toutes les autres petites Antilles, le climat est chaud et humide.

0

Commentaires Facebook

2 Discussions on
“Sainte-Lucie”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.