Curaçao

L’île en quelques mots :

Curaçao est la plus grande île des Antilles Néerlandaises. Willemstad, la capitale, vive en couleurs, des maisons de type néerlandais et ses habitations Cunucu d’inspiration africaine, en écorce et en terre. Un paradis pour les accrocs au shopping, la profusion des produits agricoles sur les barges multicolores met l’eau à la bouche des plus gourmands, les grottes peintes par les indiens arawaks ou encore les iguanes et les daims pour les plus curieux. Autant d’activités réjouissantes sur un décor idyllique.

Fiche d’identité simple :

Vol sec à partir de : Environ 750 à 935 euros

Formalités : Passeport valide, visa d’un mois délivré à l’aéroport

Temps de vol de Paris : environ 11h25 depuis Paris

Décalage horaire : GMT -5h en hiver (-6h en été)

Langue : Le néerlandais est la langue officielle, anglais, espagnol, papiamento la langue locale

Religion : Majorité chrétienne, protestantisme, judaisme, adventisme, méthodisme, santeria et vaudoue

Monnaie : Florin des Antilles néerlandaises

Santé et sécurité : précautions spéciales pour la fièvre jaune, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé pour les voyageurs de plus de six mois en provenance de régions infectées.

Superficie : 450km²

Population : 225 000 hab.

Histoire

Les premiers habitants de Curaçao furent les Amérindiens Arawaks qui arrivèrent du Venezuela.

En 1499, Alonso de Ojeda découvre et prend possession de l’île au nom de l’Espagne et décime les Arawaks. Curaçao est rattachée administrativement au gouverneur du Venezuela. Pendant les années 1630, la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales cherche un port d’attache situé directement dans la mer des Caraïbes. En 1634, la compagnie affrète un escadre de six vaisseaux.

La prise de Curaçao se fit assez aisément, en moins de quatre semaines, les Néerlandais voyant à expatrier les Espagnols et leurs alliées indigènes sur la terre ferme, ne restant que 75 Amérindiens qui furent employés comme force de travail. Les Néerlandais s’aperçurent que les marais salants décrits par Otzen étant impropres à l’exploitation, Curaçao ne fut jamais un centre de production de cette ressource. En 1635, malgré la formation d’un conseil spécial pour la reconquête de Curaçao à Madrid par Olivares, les Espagnols attendirent seulement l’année suivante pour tenter de remédier à la situation, mais le faible détachement naval chargé de cette mission ne put même pas s’y rendre.

Au XVIIIe et XIXe siècle, ce sont les anglais et les français qui occupent brièvement l’île, ajoutant leurs influences à la culture locale. En 1863, l’abolition de l’esclavage ruine l’économie de l’île en provoquant un exode vers les autres îles des Antilles. En 1914, du pétrole est découvert au Venezuela, la compagnie pétrolière Caribbean Petroleum Company décide alors de construire une raffinerie sur Curaçao qui ouvrira 4 ans plus tard. À partir de la Seconde Guerre mondiale, Curaçao vit principalement du raffinage du pétrole et du tourisme.

Le 1er janvier 1954, Curaçao devient autonome et devient un territoire des Pays-Bas avec d’autres îles des Antilles néerlandaises.

Culture

Les influences sociales sont principalement néerlandaises, alliées aux traditions indiennes et africaines.

La cuisine néerlandaise traditionnelle est populaire, de même que les savoureuses spécialités créoles. La liqueur « Curaçao », fabriquée à partir d’écorce d’orange amère séchée au soleil et d’un mélange d’épices, est la spécialité de l’île.

Klein Curaçao, « Petit Curaçao en français » est une visite intéressante pour les fans de nature sauvage. L’île se situe à une heure et demi en bateau de Curaçao.

Il ne faut surtout pas manquer la visite des Grottes de Hato pour les petits curieux pressés de découvrir les mystères de l’île. Ces grottes sont situées sur un territoire de végétation aride, abris des esclaves fuyant les colons. 120 mètres carrés sont ouverts aux visiteurs sur les 4900 mètres carrés.

Les sports nautiques sont largement pratiqués et les installations sont bien développées : la planche à voile, la voile et le ski nautique sont populaires sur l’île. La plongée en apnée, la plongée sous-marine et la pêche au gros sont également très répandues et facilement accessibles grâce aux leçons proposées. Parmi les autres disciplines pratiquées figurent le tennis, le squash l’équitation et le golf.

Géographie & Climat

Curaçao fait partie du groupe d’îles de petites Antilles appelé « Îles Sous-le-Vent ». Elle se trouve au large des côtes du Venezuela, dans la mer des Caraïbes, entre les autres îles des Antilles néerlandaises d’Aruba et de Bonaire, ces 3 îles étant quelquefois appelées sous le sigle îles ABC.

La côte Nord-Est est rocheuse et battue par la houle et le vent alors que la côte Sud-Ouest en est abritée et regroupe les villes, les plages et la majorité des récif coralliens. La végétation de l’île est composée d’une savane semi-aride parsemée de cactus, d’arbustes épineux. L’île, trop au Sud, ne craint pas les cyclones. Le point le plus haut de l’île, le Christoffelberg pointe à 375 mètres. Les Saliñas sont des lacs salés qui accueillent des flamants roses. L’îlot de Petit Curaçao (Klein Curaçao en néerlandais) se situe au Sud-Est de Curaçao.

Les températures tournent autour de 30°C, et sont rafraîchies par des vents alizé ; octobre et février étant les mois les plus pluvieux.

2

Commentaires Facebook

1 Discussion on “Curaçao”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.